Meubles d'ornement

Accueil - La vie quotidienne - Les hommes - La chronologie - Les textes - Liens - Livre d'or

Bannette :

- plateau à anses du 18ème s. en faïence de Rouen et de Sincery.

Cache pot :

- paire de cache-pot en tôle laquée à l’imitation du prphyre, monture en porcelaine blanche et bronze doré, XVIIIe.

Cartel :

- pendule décorative fixée à un mur ou portée par un petit socle fixé à un mur (style Louis XV notamment).

Chandelier :

- en girandoles ;

- chandelier d’argent (1735) reposant sur une base dissymétrique avec des motifs en C et en coquilles ; le pied s’enroule comme une espèce de tronc d’olivier, avec de surprenants effets de flexibilité ; la matière perd de sa consistance, paraît étirée et amollie - rococo.

Cheminée :

- cheminée en marbre de couleurs (ép. Louis XV) ;

- vers 1780, la tablette de cheminée fut abaissée peu après 1700 et la mode des garnitures fit de la cheminée le pôle d’attraction.

Chenet :

- chacun des deux supports de métal, composés généralement de deux parties : la tête et la tige.

Console :

- sorte de table à pieds convergeants ou non vers le bas, appuyés contre un mur (18ème s. - bronze).

Décor au barbeau :

- décor des porcelaines consistant en un semis de centaurées roses et bleues (fin 18ème s.).

Eteignoir :

- petit ustensile creux, en forme de cône qui sert à étendre la chandelle.

Etouffoir :

- espèce de boite de tôle, dont on se sert pour éteindre la braise.

Fontaine :

- de faïence représentant un cygne ouvrant son bec sur un cuvette en forme de coquille (ablutions rapides).

Guéridon :

- petite table ronde à pied central ou à trois pieds.

Lustre :

- cristal, à huit branches.

Martinet :

- petit chandelier à base plate et à manche court.

Paravent :

- servant à garantir des courants d'air ou à masquer quelque chose ;

- paravent en tapisserie de la Savonnerie avec des oiseaux exotiques ;

- paravent à fleur.

 

Pendule :

- Pendule au rhinocéros, le socle en corne verte, mouvement à musique de VIGIER (ép. Louis XV) ;

- pendule en bronze doré, le cadran et le mouvement signés de BUZOT à Paris (Louis XVI) ;

- pendule portique marbre blanc et bronze à décor de Bacchus enfant, sphinges ailées, égyptiennes (fin XVIIIe) ;

- pendule de forme borne en bronze ciselé à deux ton d'or, surmontée d'un groupe représentant Léda et le cygne (Louis XVI).

 

Poêle :

- faïence à dessus de marbre.


Une pendule identique se trouvait en 1790
dans la salle du Conseil au Palais des Tuileries.

Porcelaine :

- les manufactures de porcelaine et de faïence se font concurrence à travers toute l’Europe. Ce type de vaisselle, moins coûteux que celle d’argent ou d’or, donne une idée de la faveur avec laquelle une clientèle bourgeoise, sinon populaire, a accueilli la rocaille. Meissen et Sèvres sont les plus célèbres de ces manufactures, mais les centres secondaires sont innombrables, comme la fabrique fondée par Cyfflé en Lorraine ;

- Chantilly (1725)
Mennecy (1735)
Vincennes (1738)
puis Sèvres (1756)
Chelsea (1745) (GB)
Tournai (1750) (Hollande)
Capodimonte (1743) (Italie).


Porcelaine de Sèvres.

Porcelaine de Chantilly :

- (1725) "Manufacture de porcelaine de Chantilly" ; les décors s'inspirent du style japonais. On y exécuta des services en camaïeu bleu. La marque est un cor de chasse.

Porcelaine de Chelsea :

- (1735-1784) ses décors s'inspirent de Meissen et de Sèvres.

Tapisserie :

- pièce de tissus décoratif, tendant un mur ou couvrant un meuble ;

- le XVIIIe siècle est l’une des grandes époques de cet art. La surinspection des Gobelins et de Beauvais est assurée par des peintres comme Oudry puis Boucher. Le nombre des teintes, qui ne dépassait pas quatre-vingts à l’époque de Louis XIV, atteignit plusieurs centaines ;

- dans Les Portières des dieux et les Mois grotesques, maintes fois tissés aux Gobelins d’après Audran, les figures apparaissent enfermées dans de petits édicules de fantaisie au milieu de la pièce ; sur le reste se développent des rinceaux, des arabesques et des trophées dans les entrelacs desquels se glissent de petits monstres amusants : dragons, nains, singes musiciens ;

- dans la tenture de Don Quichotte, tissée en vingt-huit pièces à partir de 1718 sur les cartons de Charles Coypel, les tableaux prennent davantage d’importance et les motifs des " alentours " sont traités avec un plus grand naturalisme ;

- les tapisseries tissées vers 1736 - 1742 intègrent les alentours au sujet central ; la profusion d’accessoires et de personnages que l’on y remarque, les architectures, les draperies, les fontaines, les ruines, les arbres, les putti, tout cela se développe selon les rythmes et des enchaînements de couleurs dictés d’abord par un souci décoratif ;

- tenture (1784-1787) aux formules tout à fait étrangères au génie de la tapisserie, à la pure reproduction de tableaux conçus comme tels.

Vase :

- paire de vases Médicis en ivoire tourné et sculpté, Angleterre, XVIIIe - H 21, diam. 13 cm.