Meubles de bureau

Accueil - La vie quotidienne - Les hommes - La chronologie - Les textes - Liens - Livre d'or

Bonheur-du-jour :

- bureau de dame, portant en retrait une petite armoire centrale (18ème s.).

Bureau :

- table à tiroir pour écrire ;

- Madame de Genlis, gouvernante des enfants de France, écrit dans ses mémoires : "J'ai été la première femme qui ait eu un bureau, ce que l'on critiqua beaucoup et ensuite presque toutes les femmes en eurent". Le propos ne correspond pas tout à fait à la réalité puisque le bureau de Marie de Médicis est parvenu jusqu'à nous. Et on imagine difficilement Madame de Lafayette ou Madame de Sévigné sans une table à écrire.

Bureau plat
Bureau plat.


Secrétaire en armoire,
orné de panneaux de laques japonais.

Reste que le bureau a longtemps été considéré comme un meuble purement masculin. Il existait dans chaque demeure à un seul exemplaire réservé au maître de maison ;

- le bureau plat proprement dit se distingue de la table à écrire par ses tiroirs en ceinture. Il va connaître une vogue extraordinaire tout au long du XVIIIe siècle ;

- bureau à la marqueterie dessinant des motifs géométriques ; des feuillages de bronze viennent se déployer sur le renflement des pieds ou la saillie des tiroirs - rococo ;

- petit bureau à caissons en placage d'acajou, ornement de bronze doré (Louis XVI) ;

- bureau plat de milieu en bois laqué à fond noir, rehait d’or, légèrement polychromes à décor de paysages lacustres sinisauts (Louis XV) ;

- bureau à cylindre à lamelles de millieu en bois de placage marqueté (XVIIIe) ;

- bureau plat en acajou moucheté.

Secrétaire :

- meuble à tiroir et à casiers comportant une surface pour écrire, escamotable ou non (1770) ;

- secrétaire en acajou et placage d'acajou moucheté, montants en pans coupés à tableaux, dessus de marbre rouge des Flandres (Louis XVI) ;

- secrétaire acajou, laiton et bronze (fin XVIIIe).